Acceuil > A propos > La crânologie ou le culte des crânes chez les Bamiléké…

La crânologie ou le culte des crânes chez les Bamiléké…

Le peuple Bamiléké est l’un des rares peuple d’Afrique qui pratique le culte des crânes…Le culte des crânes tient dans nos traditions spirituelles l’une des place les plus importantes mais aussi les plus méconnues et les plus incomprises.
Ce culte a été tellement incompris par les profanes qui l’ayant abordés avec des préjugés l’ont trop vite condamné. Les églises chrétiennes et tous leurs alliés, l’ont ardemment combattu, comme elles l’ont d’ailleurs fait pour toutes nos autres traditions spirituelles… Et je dois avouer que ces religions importées sont presqu’arrivées, à force de matraquage psychologique, à imposer leur faux point de vue à l’opinion publique en général, et à la génération moderne de nos frères et sœurs en particulier.

La nécessaire opération d’exorcisme culturel  » (NOEC)
Mon but dans le cadre de ce forum est aussi de créer un cadre formel où nous pouvons dénoncer tout le mal qui, historiquement, a été fait à nos traditions spirituelles par l’Occident. Je crois fortement qu’il est temps que collectivement en tant que peuple, nous prenions une pause pour faire un inventaire systématique de tous les mensonges, de toutes les humiliations et trahisons que les religions occidentales se sont cru obligées de répandre sur nous et nos traditions spirituelles dans le but de s’imposer.

Cette opération de dénonciation systématique va participer de ce que j’ai appelle le nécessaire EXORCISME CULTUREL qui est un préalable absolu à l’immense œuvre de restauration de nos traditions et valeurs spirituelles dont nous sommes ici entrain de poser les jalons historiques. Nous avons été traités de « païens » parce que nous n’appelions pas le Créateur du même nom qu’eux. Nos cultes ont été traités d’idolâtrie parce qu’ils ne ressemblaient pas aux leurs. Nos prêtres et prêtresses ont été traités de vulgaires magiciens et sorciers au service des démons parce qu’ils ne parlaient pas leur langage. Tout ce qui est lié à nos pratiques spirituelles a été classé par ces religions étrangères comme relevant des forces du diable et devant directement précipiter tous ceux qui s’y adonnent en « enfer ». Et nombreux sont ceux qui parmi nous ont fini par y croire. Le culte sacré de crânes fait partie de ces pratiques spirituelles qui ont le plus souffert des injustes attaques des religions importées. Quelle est la vérité en ce qui concerne le culte des crânes ? C’est ce que nous allons voir à présent.

Le culte sacré des crânes
Comme tous les grands mystères, celui que cache le culte sacré des crânes est à la fois simple et profond. Il doit être appréhendé de l’intérieur, à partir du cœur et non de l’intellect qui est très handicapé pour nous éclairer spirituellement. Dans mes précédents messages, j’ai expliqué que dans la spiritualité bamiléké l’être humain est considéré comme étant double dans sa constitution : d’un côté il est corps physique visible, et de l’autre il est âme spirituelle invisible. A la « mort » l’âme se sépare du corps et s’en va rejoindre ceux des siens qui l’ont précédés dans l’autre monde, le monde spirituel invisible ou se regroupent tous les Ancêtres.

Nos morts ne sont pas morts
Ainsi, nos morts ne sont pas morts. Ils sont bel et bien vivants, et, à partir du monde spirituel où ils sont, ils continuent de s’intéresser à nous, leurs proches et descendants encore sur terre. Il est possible de les contacter spirituellement afin qu’ils intercèdent auprès de l’Esprit divin universel (« SI ») en notre faveur pour nous soutenir ou nous aider à résoudre un problème quelconque que nous rencontrons sur terre. Ces Ancêtres nous pourvoiront une telle aide avec d’autant plus de promptitude et de bonne volonté qu’ils nous ont connus ou ont connu nos proches; ils le feront avec d’autant plus de bonne volonté qu’ils nous ont aimés et nous aiment sûrement toujours.

Comment entrer efficacement et rapidement en contact avec nos disparus ? La loi spirituelle de mise en résonance ou loi de syntonisation
Dans la spiritualité bamiléké il est établi que toute chose ou objet matériel, qui a pendant longtemps été au contact physique direct avec un défunt de son vivant, est fortement imprégnée de son essence spirituelle propre et peut constituer un excellent moyen pour faciliter l’harmonisation ou le contact intérieur avec son âme qui est dans l’au-delà.

Le secret de l’os crânien
L’os humain est considéré non seulement comme l’une des choses matérielles qui, pendant que nous sommes sur terre, nous appartient le plus intimement, mais celle aussi qui va survivre le plus longtemps après notre « mort ». La tète est la partie la plus supérieure de notre corps et est traditionnellement associée à l’esprit, à la pensée, à la conscience et à l’âme. L’os crânien est donc de tous les os, le meilleur qui peut nous faciliter l’harmonisation et le contact avec l’âme du défunt pour communier avec elle, solliciter son aide ou son intercession auprès de l’Esprit Universel Omniprésent (« SI »).

Le culte des crânes : comment se pratique-t-il concrètement?
Dans la pratique voici comment se pratique le culte des crânes. Quelques mois ou plus souvent quelques années après l’enterrement du défunt, lors d’une cérémonie spéciale dirigée par un initié, on recreuse le tombeau pour déterrer uniquement son crâne qui ira se reposer désormais dans la case sacrée réservée à cet effet. C’est dans cette case qu’éventuellement on viendra avec quelques présents symboliques comme l’huile ou le sel adresser nos prières d’intercession à un défunt en particulier et plus souvent à tous les défunts.

La grande hypocrisie de la religion catholique
Historiquement, il faut le reconnaître, la religion catholique (et toutes les sectes protestantes qui en découlent) est le groupe religieux qui injustement a le plus livré à nos traditions spirituelles une guerre sans pitié. Ils nous ont ainsi fait un mal irréparable et continuent à le faire. La religion catholique est en tète de file de toutes celles qui se sont acharnées à combattre notre culte des crânes. J’aimerai attirer votre attention ici sur un point qui est relativement peu connu au sujet de la religion catholique:

La relique des  »saints »: son utilisation peu  »chrétienne » chez les catholiques
Chez les catholiques, au moment de construire une nouvelle église, la relique d’un  »saint », c’est-à-dire un morceau d’un quelconque os ayant appartenu à un défunt être humain qu’on a consacré plus ou moins arbitrairement « saint », est souvent importé du Vatican, à Rome pour être incrusté dans l’autel sur lequel le prêtre va souvent effectuer la messe…Cet os est souvent celui du saint dont l’Eglise portera le nom, Le but étant d’attirer la protection de ce « Saint » sur l’église. Et avec cela je me demande comment la religion catholique a osé combattre chez nous le culte des crânes, le traitant d’idolâtrie, de barbarisme et de tous les autres méchants noms… Visiblement, ce qui est bon pour eux, ne l’est plus pour nous.

Il faut parfois se donner le temps d’être conséquent.
Nous n’avons pas de leçon de religion ou de spiritualité à recevoir de personne surtout pas en provenance du Proche et du Moyen-Orient.
L’enfance rime avec agitation et besoin d’affirmation de son égo. Mais comme nous sommes un vieux peuple qui en vu…
Nous nous contentons de contempler le dangereux jeu sorcier auquel se livre le fauve triomphant du moment qu’est le judéo-christianisme !

Poster tel que reçu